Esprit

La bonté n’a pas besoin de manuels, elle surgit de façon spontanée

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé quel est le manuel que vous devez lire pour être une bonne personne, où il est possible d’apprendre à faire preuve de cette bonté, à rayonner de cette lumière qui pousse les autres à mettre leurs qualités en avant.

bonte-na-besoin-de-manuels-surgit-de-facon-spontanee

Les bonnes personnes disposent d’une capacité d’écoute et ont des comportements qui diffèrent des autres.

En réalité, les bonnes personnes n’ont pas conscience de l’immense bien qu’elles font à leur entourage, et peuvent même en arriver à se décourager du fait de leur extrême sensibilité.

Dans le monde dans lequel nous vivons, c’est une qualité indispensable.

Elles peuvent parfois êtres envahies par les doutes au point d’en être tourmentées, et se demander si elles agissent bien ou mal.

Leur façon d’être est si pure et sincère qu’elles se comportent avec vous au plus vrai, elles ne feignent rien.


«L’unique signe de supériorité que j’ai connu, c’est la bonté.»

-Ludwig Van Beethoven-


Réfléchir à ses actes et se demander si on est juste, c’est une initiative positive.

Or, certaines personnes savent instinctivement comment s’y prendre pour bien agir, et ce partout où elles vont : c’est la véritable expression et le sens authentique de la bonté, toujours spontanée et jamais feinte.

La bonté est une qualité naturelle chez elles, jamais imposée du fait de dogmes ou autres normes.

La bonté n’a pas besoin d’être lue, seulement appliquée

Tous les enfants disposent d’une âme pure et auront besoin de s’adapter au milieu qui les entoure avec plus ou moins de patience, puisque notre tempérament, notre corps et notre environnement nous distinguent des autres.

Comme l’a dit Rousseau, «L’homme est bon par nature, c’est la société qui l’a corrompu»…et il n’avait pas tort.


«Tu verras que les maux des hommes sont le fruit de leur choix, et qu’ils cherchent bien loin la source du bien alors même qu’ils la portent dans leur coeur.»

-Pythagore-


 

On peut observer cette bonté innée chez les enfants en bas-âge profitant d’un développement optimal, c’est-à-dire chez les enfants qui incluent les autres dans le jeu, qui tentent de soigner un oiseau grièvement blessé et qui font des câlins et des sourires.

Ce sont des enfants inquiets, mais qui débordent toujours de passion et de joie.

A propos de l'autheur

Esprit & Santé

Esprit & Santé