Esprit Santé

Vous êtes un solitaire ? Votre cerveau est particulier

Une étude indique que les personnes qui préfèrent être seules voient les choses d’une autre manière et ont un pouvoir de décision et d’analyse différent des autres.

etes-solitaire-cerveau-particulier

D’autre part, les solitaires présentent une activité moindre dans la zone du cerveau en lien avec le système de récompenses.

On ne sait pas vraiment ce qui arrive en premier chez elles : l’isolement ou les changements dans cette activité.

Un solitaire peut l’être par décision personnelle ou à cause des autres. C’est-à-dire que quelqu’un peut se sentir mieux s’il passe la majorité de son temps seul ou inversement : il souhaiterait passer du temps avec d’autres personnes mais qu’il ne trouve personne.

Quelle que soit la raison, le cerveau de ces personnes solitaires se modèle d’une certaine manière.

Les récompenses et le cerveau solitaire

Selon le rapport du Journal of Cognitive Neuroscience, la région du cerveau appelée «corps strié» est moins actif chez les personnes solitaires.

Cette zone est liée à certaines récompenses quotidiennes, comme par exemple l’argent et la nourriture.

Pour arriver à cette conclusion, un groupe de 23 universitaires ont posé une série de questions à ces personnes pour savoir à quel degré elles se sentaient isolées socialement, et à quel degré elles profitaient et souhaitaient un contact social.

Ensuite, ils ont scanné leur cerveau lorsqu’elles regardaient des photos de personnes heureuses.

Ainsi, elles ont trouvé que chez les personnes qui n’avaient pas de vie sociale intense, la zone de la «récompense» s’illuminait moins, ce qui est le signe d’une activité moindre.

Comme le test était très petit et restreint concernant la variabilité de ces paramètres comme l’âge, le travail ou le sexe, les auteurs ont insisté sur la prudence dans l’utilisation des résultats de cette étude.

Les scientifiques chargés de l’expérience ont établi l’hypothèse suivante : chez une personne solitaire, qui ne dépend pas de la société, ne ressent pas un grand enthousiasme lorsqu’on lui évoque les récompenses en lien avec les relations sociales.

A propos de l'autheur

Esprit & Santé

Esprit & Santé