Forme Mode Santé

Quel soutien-gorge pour faire du sport?

Pour la course, le fitness ou n’importe quel autre sport, le bon soutien-gorge ou la bonne brassière est indispensable. Nos conseils pour choisir le modèle adapté à son activité et à la taille de ses seins.

soutien-gorge-faire-sport

Les marques font parfois du soutien-gorge de sport un accessoire à part entière, doté de jolies couleurs et de motifs originaux. L’esthétique ne doit pourtant pas être le seul critère de choix. Plus qu’un vêtement à la mode, le soutien-gorge ou la brassière constitue en effet une pièce indispensable de l’équipement de la sportive. Les recommandations d’experts et de pratiquantes pour faire le bon choix.

Objectif: limiter le mouvement des seins

Dans les sports à mouvements rapides ou à rebonds, type course à pied, la poitrine bouge de bas en haut et de gauche à droite (sur une amplitude qui peut atteindre 15 cm d’après une étude britannique de 2010). Or un soutien-gorge de ville n’est pas prévu pour compenser ces mouvements: il ne soutient les seins que par le bas, via lesarmatures.

« Lorsque les seins sautent et qu’on réalise certains mouvements, les armatures peuvent blesser la poitrine et entraîner des lésions tissulaires », prévient le Dr Corinne Montaru-Rozain, médecin généraliste, ostéopathe et médecin du sport. « Même si on est jeune et que la peau est encore élastique, cette amplitude de mouvement peut aussi casser les fibres du sein, notamment quand on pratique le running », ajoute Fred Coelho, coach sportif. Au-delà des douleurs sur le moment, ces mouvements entraînent à long terme un risque d’affaissement prématuré des seins.

Brassières et soutiens-gorge de sport, eux, emboîtent les seins pour les soutenir aussi par le haut, limiter leur déplacement horizontal et absorber les chocs. Ils réduisent ainsi le mouvement de 50 à 70% selon les modèles. Les armatures sont remplacées par une large bande sous la poitrine pour ne pas se blesser.

Pour Nathalie Mauclair, pratiquante de running à haut niveau et championne du monde de trail, la différence est cruciale: « Je suis toujours étonnée quand je vois de nombreuses femmes sur des compétitions grand public courir avec un soutien-gorge classique. Moi, je ne fais qu’un bonnet A, pourtant je ne me verrais pas courir avec autre chose qu’une brassière de sport. Ça apporte beaucoup deconfort et de sécurité. Les modèles à dos croisé ont ma préférence. On est beaucoup plus à l’aise dans ses mouvements. J’aime aussi les modèles « respirants », en tissus fins et légers, car je cours sur de longues distances. »

A propos de l'autheur

LifeandS

LifeandS